Soutien à l’occupation des théâtres !

Lundi 15 mars

Deux poids, deux mesures.

Soutien à l’occupation des théâtres !

 

C’est un fait sans précédent : une cinquantaine de théâtres et lieux de culture sont d’ores et déjà occupés aujourd’hui, partout en France comme en Normandie, et cela va durer.

Pour quoi, et par qui ? Artistes, techniciens, personnels non permanents des métiers de la scène mais aussi de l’accueil, de la restauration des équipes, de la vie des tournées, de l’entretien des lieux … tous n’en peuvent plus d’être empêché de travailler, et de subir isolément les conséquences sociales délétères de cette interdiction. Après un an, où les industries du commerce privé si souvent loin d’être toujours « essentielles » demeurent en activité, les lieux de cultures restent interdits : or chacun se dit que maintenant le Covid a bon dos ! Tous savent que dans la plupart des pays de l’Union Européenne les lieux culturels, appliquant scrupuleusement les contraintes sanitaires, sont restés bien ouverts et n’ont pas été foyers de contamination. Dans le même temps, si certains intermittents voient leurs droits heureusement prolongés, le plus grand nombre des non-permanents liés à la vie artistique, c’est à dire le plus grand nombre tout court - on parle de huit cent mille personnes - est voué au désarroi, sans droit au chômage partiel et sans aucune perspective. Au delà de la réouverture des lieux « au vrai public » -  nous, professionnels mystérieusement immunisés et comme distincts semble t-il de l’humanité ordinaire - discrètement, et à vrai dire un peu honteusement, nous continuons depuis des mois d’aller voir des milliers de spectacles qui nous sont réservés ! Là aussi, deux poids deux mesures … et les élèves des écoles d’Art, très moteurs dans ces occupations, nous interpellent nous tous citoyens, et demandent responsabilité et solidarité : comment rester silencieux ? Depuis Juin 2020  au Théâtre de l’Arsenal, après 21 résidences d’artistes,  dont toutes les répétitions on pu être payées - ce fut l’ardente obligation que nous nous  sommes fixée avec le soutien de nos tutelles - nous mesurons que la situation a atteint une limite qui se décrit elle même : occuper des lieux vides de publics ! cela donne un sens artistement paradoxal à ces actions bien évidemment symboliques, et c’est là toute leur puissance : le symbolique : de quoi s’occuper pour longtemps : cette matrice vitale  où l’Art puise sa seule valeur d’échange !

 

Jean-Yves Lazennec & Dominique Boivin